ADHERER A LA FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE ?

 

Quelques églises des Assemblées de Dieu de France ont établi et développé depuis plusieurs années des relations avec d’autres églises protestantes, membres de la Fédération Protestante de France.

Leur théologie (confession de foi), leur ecclésiologie (pratiques en église), leurs convictions éthiques n’ont pas changé au fil de ces années ; elles on pu s’enrichir du regard des autres, et elles sont restées fidèles à ce qui les caractérise, à leur identité.

Bien plus, elles ont osé et osent encore affirmer et défendre leurs choix, tout en respectant ceux des autres…

Quelles raisons poussent donc ces églises à poursuivre cette voie, si décriée par ailleurs ?

 

Nous ne sommes pas seuls

 

Nous ne sommes pas les seuls ni les premiers à nous réclamer du Christ Jésus ! Bien d’autres, innombrables, l’ont fait avant nous et le font encore. Doit-on les ignorer, voire les mépriser ? Il nous semble lire dans les évangiles que celui qui n’est pas contre Jésus est avec Lui.

Il nous semble lire également le désir intense du Père pour l’unité de ses enfants ; non pas une unité utopique dans laquelle tout le monde pense et pratique exactement la même chose ! Mais une unité semblable au corps humain, composé de plusieurs membres, tous différents les uns des autres, mais fonctionnant dans un même but, conduits par un même esprit, animés de la même vie…

Nous pourrions gloser sur ce thème de l’unité des chrétiens et dire qu’elle doit reposer avant tout sur la Parole de Dieu, puis sur l’amour, l’amour « dans la vérité »… mais sommes-nous bien sûr d’avoir toujours la même lecture des textes « entre nous » ? Et puis, pour regarder plus loin que le bout de son nez, sommes-nous certains que nos frères et sœurs des Assemblées de Dieu, dans le monde, ont compris les choses exactement comme nous le faisons ? Restons-en là !

Il nous semble lire encore que nous devons aimer ardemment notre frère en Christ – et pour ceux qui ne sont pas encore nos frères en la foi – aimer notre prochain comme nous-mêmes. La parabole du bon Samaritain nous invite à nous arrêter, prendre le temps et dépenser l’argent nécessaires pour devenir le prochain de celui qui croise notre route…

Quant à déterminer qui est « vraiment » notre frère ou notre sœur en Christ, au-delà du groupe auquel il appartient et qu’il est facile de classer d’après son étiquette, qui s’y risquera sans déconvenue ? L’Evangile nous demande de ne pas juger sur les apparences, et nous indique qu’on nous jugera avec la même règle que nous aurons utilisée pour les autres… à méditer ! Nous voulons, en ce qui nous concerne, avoir un profond respect pour tous ceux qui se réclament de Jésus-Christ, pensant qu’il ne nous appartient pas d’établir qui a une réelle communion spirituelle avec Dieu par Jésus-Christ, et qui n’en a pas.

 

Nous avons besoin les uns des autres

 

« L’œil ne peut pas dire à la main : je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : je n’ai pas besoin de vous. »  1 Corinthiens 12.21

Le corps de Christ, l’Eglise, dépasse la paroisse locale, tout le monde l’a compris ; mais comment chacun le vit-il ?

Dans plusieurs domaines, la Fédération Protestante de France est incontournable : pour participer aux aumôneries aux armées, des hôpitaux, des prisons. Dans certains pays étrangers, la présence de missionnaires ou d’assistants de mission ne peut plus ou ne pourra plus se faire sans son aval. L’utilisation des grands media nationaux (pour des émissions télévisées ou radiodiffusées) est impossible sans son intermédiaire. Enfin, sans son action auprès des gouvernements politiques pour influencer voire modifier la rédaction de certaines lois, que se passerait-il ? La Fédération Protestante de France est le seul organisme reconnu par les pouvoirs publics comme rassemblant une majorité de protestants ; et il le restera.

Mais si nous avons besoin des autres, ils ont aussi besoin de nous – et ils le savent – pour une parole complémentaire qui interpelle, un regard différent qui permet de mieux comprendre et qui porte à l’enrichissement mutuel. Nous avons tous et toujours besoin les uns des autres…

 

 Témoigner au monde ensemble

« A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » Jean 13.35

« … afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde reconnaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés, comme tu m’as aimé » Jean 17.23

On ne peut pas comprendre de ce texte une unité parfaite « auprès de Dieu », car de quelle utilité serait-elle pour convaincre le monde ? Cette unité parfaite qui nous dépasse doit être recherchée, construite, vécue sur terre… même si elle nous apparaît souvent comme bien fragile ou inaccessible.

Ce témoignage ne peut ni ne doit être monolithique, mais le plus varié possible pour qu’il puisse atteindre le plus grand nombre. Paul s’est fait « tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns » (1 Corinthiens 9.22).

« Certains prêchent le Christ par envie et rivalité… leurs intentions ne sont pas pures… Qu’importe ! de toute manière, … Christ est annoncé ; je m’en réjouis, et je m’en réjouirai encore… » (Philippiens 1.15ss)

Il nous paraît vain de nous quereller sur les motivations ou sur les moyens qu’utilisent les uns ou les autres (la prédication opposée à l’action sociale, l’action syndicale ou politique opposée au témoignage « biblique », etc.)

Nous voulons être ensemble des témoins dans toutes les couches de la société, là où Dieu nous a placés Lui-même, sans lorgner sur ou critiquer ce que fait le voisin - différent de nous - mais en étant côte à côte dans un témoignage complémentaire empreint de cohérence, selon le principe de subsidiarité.

L’Eglise n’a que trop montré au monde ses divisions honteuses au cours de l’histoire !

  

Et nos différences, alors ?

 

Nous pourrions gager qu’elles demeureront… éternellement ! Puisque nous sommes tous différents, uniques même ! Dieu l’a VOULU ainsi. Comment peut-on encore croire à cette utopie d’être un jour tous pareils, de professer un jour tous exactement la même chose, d’avoir une « unité de doctrine » parfaite, reflet de notre égotisme viscéral ? Il faudrait déjà s’entendre sur le sens à donner au mot « doctrine », qui n’a à l’origine rien de théologique. Ce sont les hommes – et non Dieu – qui ont inventé les doctrines et les théologies, même qualifiées de « bibliques »… Certes, il est nécessaire de s’accorder sur l’essentiel, mais plus on entre dans le détail et plus on s’éloigne les uns des autres. Et comme, en fait, celui qui n’a rien compris, c’est TOUJOURS L’AUTRE…

 Notre relation avec Dieu est, qu’on le veuille ou non, UNIQUE ! Il y a des choix auxquels je ne pourrai souscrire, hic et nunc, mais n’oublions jamais que chacun reste libre et responsable de ses orientations, et que chacun est « en marche », « en devenir » dans cette aventure dynamique qu’est la foi en Jésus-Christ, toujours à renouveler, à approfondir, à redécouvrir en quelque sorte.

Dans tout groupe humain, de quelque taille qu’il soit, de la cellule familiale à la société dans son ensemble en passant par la communauté religieuse, nous serons confrontés à des choix, faits par d’autres, que n’aurions pas faits. Il n’empêche que nous ne cesserons d’appartenir à ladite société, à ladite cellule familiale, à ladite communauté religieuse ; s’isoler sur une île déserte n’y changera rien.

La Bible parle d’intégrité, de sainteté et de pureté à différents niveaux, mais le risque n’est pas nul de tomber facilement et sans s’en rendre compte dans un pharisaïsme religieux moderne, où l’on finit par se retrouver seul, après avoir exclu tous ceux qui ne sont pas « comme nous ».

 La nature elle-même, dans l’infiniment grand comme dans l’infiniment petit, ne nous enseigne pas l’unicité, la copie conforme ou le clonage, mais l’harmonie merveilleuse – n’est-ce pas cela l’unité véritable ? – d’une multitude de variétés infinies…

 Il nous faudra plutôt apprendre à « faire avec », à « voir autrement », à nous connaître et nous affirmer mieux pour nous comprendre et nous aimer davantage, et rechercher cette harmonie tant voulue de Dieu bien qu’elle nous soit si étrangère, par nature, sans doute en grande partie à cause du mal qui nous a tous atteint. La différence, même si je la perçois souvent comme une menace, voire une agression – dans la mesure où elle n’attente pas à la survie d’autrui – m’est offerte pour m’enrichir et pour m’aider à échapper à ma suffisance.

 Et comme l’a dit un sage : « Dans ce qui est essentiel, unité ; dans ce qui est secondaire, liberté ; et en tout, charité. »

STATUTS

 

 

Article 1 : DENOMINATION

II est fondé entre les associations cultuelles adhérentes aux présents statuts et membres des Assemblées de Dieu de France, une union d'associations cultuelles, en conformité aux dispositions de la loi du 9 décembre 1905 et du décret réglementaire du 16 mars 1906, dénommée « Union d'Assemblées de Dieu membre de la Fédération Protestante de France », dont le sigle est ADFP (ci-après désignée par l’Union).

Article 2 : OBJET

L’Union a pour objet l'exercice du culte et notamment de rendre solidaires entre elles les associations adhérentes dans la réalisation de leur objet cultuel et pour développer les relations et les collaborations avec les autres Eglises (ou Unions d'Eglises), Communautés, Œuvres et Mouvements, membres de la Fédération Protestante de France, tout en maintenant les liens qui rattachent ses membres aux Assemblées de Dieu de France.

Article 3 : SIEGE SOCIAL ET CIRCONSCRIPTION

Le siège social de l’Union est situé : « Les Térébinthes », Domaine du Narais 72250 PARIGNÉ-L'ÉVÊQUE. II pourra être transféré à tout moment sur proposition du Conseil d'Administration et approbation de l'assemblée générale. La circonscription de l’Union s'étend à la France.

Article 4 : DUREE

La durée de l'association est illimitée.

Article 5 : ADHESION

Une association désirant devenir membre de l'Union devra en faire la demande motivée à son président. Le conseil d'administration de l'Union mandatera deux de ses membres pour rencontrer son conseil d'administration, lui expliquer la vie fédérative, et l'accompagner dans sa démarche pendant une période probatoire laissée à l'appréciation des mandatés. A la fin de cette période, l'association finalisera sa demande en produisant un extrait des délibérations de l'assemblée générale ayant statué à cet effet. Les candidats devront accepter intégralement les présents statuts et le règlement intérieur. Le Conseil d'Administration de l'Union en fera un dernier examen puis, en cas d'accord de celui-ci, présentera la candidature au vote de l'Assemblée Générale Ordinaire suivante. En cas de refus, le Conseil d'Administration n'aura pas à en faire connaître les raisons. En cas d'adhésion effective, l'appartenance à l'Union devra être inscrite dans les statuts de l'association en ces termes : «l'association est membre de l'Union d’Assemblées de Dieu, membre de la Fédération Protestante de France »

Article 6 : DEMISSION OU RADIATION

Une association membre pourra démissionner de l'Union à tout moment. Elle le fera par écrit. Elle pourra être exclue de l'Union en cas de comportement incompatible avec les statuts ou le règlement intérieur de l'Union, après avoir été informée des motifs de cette mesure et mise à même de fournir ses explications devant le Conseil d'administration, par un vote dudit conseil soumis à la ratification d'une assemblée générale, ordinaire ou extraordinaire : qui prend effet dès le vote de l'assemblée générale.

Article 7 : RESSOURCES

Les ressources de l'Union se composent de la manière suivante :

a) Les contributions financières des associations membres, dont le calcul est fixé par l'Assemblée Générale Ordinaire.

b) Les subventions de l'Etat et des collectivités territoriales compatibles avec son objet.

c) Les autres ressources qui ne sont pas interdites par la législation et les règlements en vigueur

Article 8 : ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

Chaque association membre est représentée à l'Assemblée Générale par son président et par un membre de son conseil d'administration désigné par celui-ci. Toute association cultuelle membre peut envoyer en sus et à ses frais, d'autres observateurs à l'assemblée générale, qui ne disposent pas de voix délibérative et qui doivent se retirer en cas de huis clos.

L'Assemblée Générale Ordinaire comprend :

a) Les délégués avec voix délibérative des associations cultuelles membres, qui seuls participent à la constitution du quorum,

b) Les membres du conseil d'administration qui ne sont pas ou plus délégués avec voix délibérative par leur association : ils siègent avec voix consultative, y inclus en cas de huis clos,

c) Le cas échéant, les observateurs mentionnés à la fin de l'alinéa précédent, et siégeant comme sus indiqué.

Les membres avec voix délibérative ou consultative sont convoqués par écrit au moins deux semaines à l'avance.

L'ordre du jour est réglé par le Conseil d'Administration et indiqué sur les convocations.

L'Assemblée Générale Ordinaire se réunit au moins une fois par an.

Le président expose la situation morale de l'Union et présente le rapport d'activité, le trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan et le budget prévisionnel à l'approbation de l'Assemblée Générale. Un quorum représentant plus de la moitié des membres de l'Union est exigé pour que les décisions soient valides.

Une feuille de présence sera émargée par chaque participant, certifiée par le bureau.

Le vote a lieu à mains levées, sauf si le Conseil d'Administration ou un membre de l'Union demande une consultation à bulletins secrets.

Le vote par procuration écrite et signée est accepté, un représentant d'association ne pouvant recevoir plus de deux procurations. La majorité requise est la majorité des suffrages exprimés. Pour les questions importantes, telles que définies au règlement intérieur, le vote a lieu à la majorité des deux tiers des suffrages exprimés.

Les Assemblées Générales Ordinaires ont pour objet :

8-1 de délibérer sur les rapports de gestion et d'administration du Conseil d'Administration de l'UNlON.

8-2 de tenir informés leurs membres de la vie fédérative de la FPF.

8-3 d'examiner toute autre question portée à l'ordre du jour 15 jours avant l'Assemblée Générale et validée par le Conseil d'Administration.

8-4 de délibérer sur la situation morale et financière de l'UNlON.

8-5 d'approuver les comptes de l'exercice clos, de voter le budget de l'exercice suivant, de délibérer sur les seules questions inscrites à l'ordre du jour.

Article 9 : ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

Le président ou une majorité des membres du Conseil d'Administration peut convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire. Cette procédure s'impose pour effectuer les modifications statutaires ou pour prononcer la dissolution de l'Union, de même que pour consentir aux actes de disposition des biens immobiliers et fusion avec une autre association ayant le même objet. 

Un quorum représentant plus des deux tiers des membres de l'UNlON est exigé pour que les décisions soient valides. L'Assemblée Générale Extraordinaire nécessite le recours à la majorité des deux tiers des suffrages exprimés. Une feuille de présence sera émargée et certifiée par les membres du bureau. Si le quorum n'est pas atteint lors de la réunion de l'assemblée, sur première convocation, l'assemblée sera à nouveau convoquée, par lettre recommandée avec accusé de réception, à quatre semaines d'intervalle. Lors de cette nouvelle réunion elle pourra valablement délibérer quel que soit le nombre des membres présents ou représentés.

Article 10 : ORGANISATION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le Conseil d'Administration de l’Union est composé de neuf à dix-huit membres, le nombre exact étant fixé par l'assemblée générale préalablement à l'élection du conseil. Les membres du conseil sont élus par l'assemblée générale. Le conseil doit comprendre au moins deux membres actifs dans chaque circonscription régionale, et au moins la moitié de ses membres être élus parmi les délégués avec voix délibérative à l'assemblée générale. 

Il est renouvelable par tiers tous les deux ans. Ses réunions ont lieu au moins deux fois par an, et aussi souvent que l'exige l'intérêt de l'Union, sur convocation du président. La présence de la moitié des membres du Conseil d'Administration est nécessaire pour la validité des délibérations. Sinon les mêmes règles que pour les assemblées générales ordinaires s'appliqueront. Les décisions sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés.

Article 11 : FONCTIONS ET POUVOIRS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le Conseil d'Administration est investi des pouvoirs suivants :

11-1 II accomplit les actes de gestion et d'administration légale.

11-2 II prépare le budget prévisionnel en vue de son approbation par l'assemblée générale.

11-3 II gère les ressources financières ; il arrête les comptes à la fin de chaque exercice ; il établit un rapport financier qu'il soumet à l'approbation de l'assemblée générale.

11-4 II peut ouvrir ou clore tout compte postal ou bancaire et désigner les personnes mandatées pour les signatures.

11-5 11 convoque les assemblées générales, prépare l'ordre du jour et exécute les décisions.

11-6 II décide d'agir en justice tant en défense qu'en attaque ; quand l'Union est attaquée, le bureau peut prendre toute décision pour la défense de celle-ci.

11-7 II agit en vue du développement de la vie fédérative conformément aux objets de l'Union et notamment il désigne les personnes chargées de représenter l'Union au sein des réunions et groupes de travail de la Fédération Protestante de France.

11-8 II peut faire toute délégation de pouvoirs au bureau pour une question déterminée et en un temps limité.

Article 12 : BUREAU

Le Conseil d'Administration élit en son sein, un président, un vice-président, un trésorier, un trésorier-adjoint, un secrétaire et un secrétaire-adjoint, qui constituent le Bureau. Le mandat des membres du Bureau est de trois ans, renouvelable, sans limite du nombre de mandats. Si au cours du mandat un des postes du bureau devient vacant, le conseil pourvoit à son remplacement, l'expiration du mandat du nouveau membre du bureau étant la même que celle du membre qu'il remplace.

Le bureau se réunit aussi souvent que l'exige l'intérêt de l’Union. Les décisions sont prises à la majorité des suffrages exprimés. En cas de partage des voix, le vote du président est prépondérant.

Les procès-verbaux des délibérations des assemblées sont rédigés par le Secrétaire et signés par le Président, le Secrétaire et le Trésorier. Ils sont transcrits sur un registre côté et paraphé par le Président. Le secrétaire peut délivrer toutes copies certifiées conformes qui font foi vis à vis des tiers.

Article 13 : CIRCONSCRIPTIONS REGIONALES

L'assemblée générale peut répartir les associations cultuelles membres en circonscriptions régionales, chacune administrée par une assemblée régionale et un comité régional, l'Union demeurant garante de l'unité nationale et responsable de la représentation auprès de la Fédération Protestante de France et des pouvoirs publics.

Article 14 : REGLEMENT INTERIEUR

Les articles des présents statuts sont complétés par un règlement intérieur. Ses dispositions sont arrêtées par une délibération du Conseil d'Administration et approuvés par l'Assemblée générale.

Article 15 : DISSOLUTION

En cas de dissolution de l’Union, sauf par fusion, ses biens sont dévolus à l'Union Nationale des Assemblées de Dieu de France ou toute autre association poursuivant le même objet. La dissolution de l’Union ne peut être prononcée que par l'assemblée générale extraordinaire convoquée spécialement à cet effet et statuant aux conditions de quorum et de majorité prévues par l'article 9 des statuts. L'Assemblée Générale désigne un ou plusieurs commissaires chargés de la liquidation des biens de l’Union dont elle déterminera les pouvoirs. Elle attribue l'actif net à l'Union Nationale des Assemblées de Dieu de France dans les conditions prévues dans le premier alinéa.

Fait à Paris, le 18 avril 2015

EN QUOI CROYONS-NOUS ?

Les associations cultuelles membres de l'ADFP adhèrent à la confession de foi des ADD de France.

confession foi ADD

ASSOCIATIONS MEMBRES DE L'ADFP

25 associations cultuelles sont membres de l'ADFP :

associations membres

ADD de Paris Philadelphia

Centre Cultuel Chrétien AGAPE

Centre Cultuel La Gautherie

ADD de Moissac

ADD de Brest

Centre Cultuel Les Térébinthes

ADD de Léchiagat

ADD de Livry Gargan

Centre Cultuel Loperhet

ADD de Nantes

Eglise Elim de Paris

Eglise Saint-Ouen ADD portugaise

ADD de Lannion

Eglise Vie Nouvelle Paris 14ème

Le Bon Samaritain Fresnes

ADD de Garnetot

ADD de Clarmart

ADD d'Avranches

ADD de Muret

ADD de Colomiers

ADD de Créteil

ADD Source de Vie Sarcelles

ADD de Rennes

ADD Andrézieux-Bouthéon

ADD de Fréjus

ADD Quimper

PRESENTATION

logo ADFP

L'ADFP est l'union d'Assemblées de Dieu membre de la Fédération Protestante de France. Son but est de développer les relations et les collaborations avec les autres Unions d’Eglises, Eglises et œuvres membres de la FPF, tout en maintenant les liens qui rattachent ses membres aux Assemblées de Dieu de France.

L'ADFP se compose de 25 associations cultuelles et d'une trentaine d'Eglises.

 

page 1 sur 2 suivante